Xavier, quel est ton lien avec la Compagnie Ankréation ? Ou quand as-tu croisé la route de Ambre ? 

J’ai rencontré Ambre en 2012 à Fun science, qui développait des spectacles et des ateliers autour de la science. A l’époque, je travaillais pour Narrêvasion une compagnie qui était spécialisée dans les visites théâtralisées. Cela l’a beaucoup intéressée, et un peu plus tard elle est intervenue sur certaines visites. Et on a commencé à travailler régulièrement ensemble, notamment à l’ONF, on a créé un spectacle historique avec des fauconniers et des rapaces. 

Et pour la compagnie Ankréation, en 2013 j’ai fait quelques regards sur “Les mots à la douche” et la voix off du spectacle.

Quel a été ton parcours de comédien, auteur, réalisateur… ?

J’ai été formé au sein du conservatoire du 9ème arrondissement de Paris et en parallèle avec le Théâtre des Égrégores, où je suis rentré en première année.

Avec cette troupe j’ai pu découvrir beaucoup de techniques différentes: Commedia Dell’arte, clown de théâtre, marionnette… Et aussi de la construction de décor, de la mise en lumière.

Et ensuite, mon parcours a été de toujours pouvoir apprendre de nouvelles techniques de jeu à travers les différents projets que j’ai rejoints ou que l’on m’a proposés. 

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire ces métiers ? ou qui ?

C’est le cinéma qui m’a amené à devenir comédien. A l’âge de quinze ans, je voulais devenir réalisateur et scénariste. J’ai toujours un paquet de synopsis, de débuts de scénario, de carnets avec des notes qui datent de l’époque. J’ai essayé de me former, mais je n’ai pas réussi à entrer en école. Cela a duré quelques années, et puis tout cela m’a amené à Paris. J’ai accompagné un copain qui faisait le tour des auditions des conservatoires municipaux, et j’ai été pris. J’avais la chance qu’on m’ouvre une porte, même si ce n’est pas celle que j’imaginais à la base. Donc j’ai foncé.

Quel personnage as-tu préféré jouer ?
quel est ton meilleurs souvenir en tant que comédien ou auteur ? ou les 2 ensembles ?

 

C’est très difficile pour moi de répondre à cette question… J’ai la chance que l’on me propose, souvent, des rôles où j’ai pu m’exprimer pleinement, que ce soit des créations complètes, des adaptations de romans ou des œuvres plus classiques. 

Pour en citer quelques-uns, je dirai Lucky dans “En Attendant Godot”; personnage complètement lunaire et dont la “bizarrerie” me plaît beaucoup, parce qu’elle met encore plus en avant son humanité. John Silver dans “L’île au trésor” avec la Compagnie Tête au Pied, autant pour le plaisir de jouer ce personnage ambivalent, et évidemment parce que c’est un pirate! Autant pour la mise en scène qui mélangeait de la marionnette et du théâtre d’objet. Et puis il y en a beaucoup d’autres, je crois que je pourrais parler de chaque spectacle avec beaucoup de plaisir.

Dans quelles pièces vas-tu jouer prochainement ? et autres actus

Avec la Compagnie Ankréation, nous allons jouer Athos, le 2 Août à Bugeat, en Corrèze. C’est une pièce que nous avons adaptée et mise en scène avec Ambre, à partir de la pièce d’Alexandre Dumas “La Jeunesse des Mousquetaires ». et puis je vais reprendre la mise en scène de “Panique à Nemausus”, la visite théâtralisée que la compagnie développe aux Arènes de Nîmes, à partir du 17 juillet et jusqu’à fin août.

Et en ce moment, je travaille à la préparation d’un projet personnel que je souhaite monter pour 2024 ou 2025. C’est le “Projet Tête de Bois”. l’histoire d’un personnage chimérique, mi-arbre/mi-homme, qui est chargé par sa forêt d’aller parler aux humains. C’est un projet qui est né pendant le confinement, qui va me permettre de réfléchir et d’essayer de trouver des solutions pour qu’il soit le moins énergivore possible, et que je souhaite autant jouer en salle, qu’à l’extérieur, et en forêt évidemment.

Interview du 12 juin 2023